Le salaire annuel moyen n’est que de 20 540 € en France

http://www.humanite.fr/

Alors que « la baisse du coût de travail » demeure le principal argument des gouvernements qui se succèdent à la tête du pays pour comprimer les salaires, l’étude publiée le 1er décembre par l’Institut nationale de la statistique et des études économiques (INSEE) montre que la France est devenue un pays de bas salaires pour une majorité d’actifs. « En 2015, le revenu salarial annuel, somme de tous les salaires perçus par un même individu dans l’année, est de 20 540 euros en moyenne. En euros constants, il dépasse de 0,6% son niveau de 2014, après avoir renoué avec la croissance l’année précédente », nous indique cette étude en préambule.

Cela nous donne un salaire mensuel moyen de 1 711€ sur douze mois et de 1 680€ si on compte sur treize mois, ce qui est souvent le cas dans le secteur privé avec un treizième mois parfois payé en deux fois, au moment des vacances d’été et en fin d’année.

L’INSEE nous indique ensuite que le revenu salarial « augmente avec l’âge des salariés jusqu’à 54 ans : il atteint pour les 50-54 ans un montant moyen trois fois plus élevé  que celui des moins de 25 ans. Les femmes perçoivent  un revenu salarial inférieur en moyenne de 24% à celui des hommes. « Dans le bas de l’échelle, les écarts femmes-hommes sont très marqués: de 25 à 39 ans, un quart des hommes perçoit un salaire annuel inférieur à 13 460€ ; le montant correspondant est de 9 350 euros pour les femmes, soit 31% de moins » nous dit l’étude. Les cadres perçoivent, eux, un revenu salarial 2,7 fois supérieur à celui des ouvriers et 2,9 fois celui des employés. Le revenu salarial des diplômés de niveau Bac+3 ou plus est le double de celui des salariés qui n’ont pas le bac », nous dit cette étude.

23 000€ pour les hommes, 18 000€ pour les femmes

Un graphique qui se présente comme u n comparatif de tous les revenus salariaux montre que le salaire annuel moyen des hommes est d’environ 23 000€ tandis que celui des femmes se situe autour de 18 000€. Celui des moins de 25 ans atteint à peine 8 000€ et celui des 25 à 39 ans plafonne à 19 000€ environ. Le salaire annuel des bac+3 et plus est d’environ 37 000€ tandis que celui des gens qui n’ont pas le bac plafonne à 18 000€. bLe salaire annuel moyen des employés en France n’est que de 14 000€ et celui des ouvriers dépasse de peu les 15 000€. Celui des cadres d’environ 41 000€. Mais il existe aussi d’importantes différences dans cette catégorie. L’INSEE indique que, « en 2015, les 10% de cadres les moins rémunérés perçoivent moins de 11 200 euros et les 10% ples mieux rémunérés plus de 68 490 euros, soit 6,1 fois plus.

20 000€ annuels dans le privé, 22 000€ dans le secteur public

Toujours en moyenne, la différence de rémunération est importante selon que l’on occupe un emploi à temps complet ou à temps partiel. Dans le premiers cas le salaire moyen annuel, toutes catégories de salariés confondues, le salaire annuel est d’environ 25 000€ en moyenne. Dans l’emploi à temps partiel  la rémunération moyenne tombe à 11 000€. Toutes catégories  d’emplois confondus, le salaire annuel moyen est de 20 000€ dans le secteur privé et de 22000€ environ dans le secteur public.

On sait que la nouvelle loi « Travail » – dont le Sénat doit débattre en janvier après son adoption en première lecture par une majorité de députés cet automne – a été conçue pour précariser l’emploi et faire baisser les salaires. Il convient donc de rapporter les chiffres fournis par l’INSEE sur l’évolution des salaires ces dernières années. L’Institut nous dit que « le revenu salarial moyen de l’ensemble des salariés progresse de 0,6% en 2015 en euros constants. Il a augmenté de 0,7% en moyenne par an entre 1995 et 2009, puis diminué de 0,4%  par an jusqu’en 2013. En 2014, il a cru à nouveau de 0,9%. La hausse de 2015 est plus marquée dans le secteur privé (+1,4%) que dans la fonction publique (+0,3%), les évolutions y étant plus favorables depuis 2010 ».

Comment peut-on alors justifier la suppression de l’ISF d’une part et la taxation 1,7%  sur la pension des retraités via la CSG d’autre part pour réduire le salaire brut que paieront les patrons en 2018 et après via la suppression de la cotisation maladie et la cotisation chômage de leurs salariés? Nous reviendrons sur ce sujet dans une prochaine édition.

Gérard Le Puill Journaliste et auteur

Laisser un commentaire