Communiqué du PCF de Thiers : l’extension du travail du dimanche est un piège !

Le conseil municipal de Thiers et le conseil communautaire Thiers-Dore-Montagne ont voté l’extension du travail du dimanche sur le territoire thiernois, passant de 5 dimanches d’ouverture des commerces en 2017 à 8 dimanches en 2018. 

Cette décision a été prise sans qu’il y ait eu de négociation préalable avec les organisations syndicales. 
Alors que le seuil de 5 dimanches d’ouverture des commerces serait conservé pour 2018 dans la très grande majorité des communes du département, cette décision, si elle venait à se confirmer sur Thiers, serait une mauvaise nouvelle pour les salariés de ce secteur qui subissent une pression patronale de plus en plus forte.

Selon un sondage du 5 décembre 2015, si plus de 50% des français sondés sont favorables à l’ouverture des commerces le dimanche, ils n’y sont pas favorables pour eux-mêmes !

En effet, 60% d’entre eux ne sont pas d’accord pour travailler ce jour-là !

Autres données significatives :

92% associent ce jour au repos et 91% l’associent à la famille.

76% pensent que cette loi « renforce la société de consommation« ,

73% qu’elle « banalise le dimanche »,

61% qu’elle exerce « une nouvelle pression sur les salariés »

Et 60% qu’elle est « dangereuse pour les petits commerces ».

Donc oui, le travail du dimanche n’est pas un choix librement consenti par les salariés concernés mais une contrainte imposée par l’employeur.

En outre le faux argument de relance de la croissance économique est loin de convaincre.

C’est d’ailleurs sur ce point que se rejoignent les nombreuses expressions de refus exprimées de la part de diverses organisations syndicales mais aussi d’un certain nombre d’acteurs économiques telle la CGPME, pour qui cela « reviendrait à sacrifier le commerce indépendant sur l’autel du commerce intégré de la grande distribution ».
Alors que tous les grands groupes de la distribution exercent une pression vis à vis des collectivités pour faciliter l’extension du travail dominical, les salariés subissent un terrible chantage à l’emploi et devraient faire une croix sur leur vie de famille, leurs activités et leurs loisirs, dans un contexte social lourd après la loi El Khomri et la publication des ordonnances Macron. 

En réalité les enseignes n’ont qu’un but : le monopole et la rentabilité financière.

L’interdiction du travail du dimanche reste une conquête sociale majeure. Sortir du cadre de son autorisation exceptionnelle dans certains secteurs nous ramènerait au 19ème siècle.

Ce n’est pas en revenant sur cette avancée sociale que l’on pourra faire face à la crise économique actuelle, conséquence des politiques d’austérité, de précarisation des emplois et de baisse des salaires.

Défendre le repos dominical, c’est défendre une conception de la vie et de la société. Sortir avec ses enfants et sa famille, pratiquer un sport entre amis, s’adonner à un loisir, se consacrer à des activités culturelles : cela n’a pas de prix. Dans un monde gouverné par le règne de l’argent, refuser l’extension du travail dominical est un combat républicain et humaniste.
Concernant la situation sur Thiers, il est encore temps d’ouvrir les négociations avec les organisations syndicales. Ainsi, la section du Parti Communiste de Thiers appelle à engager, très rapidement, un dialogue social afin de faire respecter les droits des salariés.

 

Laisser un commentaire