La méthode Wauquiez pour le RSA, culpabiliser celles et ceux qui veulent retrouver le chemin de l’emploi

Communiqué du groupe L’Humain d’Abord en Auvergne Rhône Alpes, suite à la signature  d’une convention entre la région et les départements quant au RSA.

Jeudi 27 octobre, Laurent Wauquiez a voulu frapper un grand coup : une convention pour les « allocataires du RSA les plus motivés » : des « volontaires » choisis par des travailleurs sociaux pourront bénéficier d’une aide supplémentaire sous de multiples conditions.

Celui qui dénonce perpétuellement l’avalanche de normes et de conditions pour les entreprises en invente des nouvelles, bien plus dures, pour les femmes et les hommes les plus précaires. C’est dire à qui va sa préférence, et pour qui roule Wauquiez !

Le ton et les mots choisis traduisent le profond irrespect du président de région. Ils illustrent le mépris d’une politique qui ignore les réalités vécues par les femmes les hommes dans notre pays. En infantilisant les gens, Laurent Wauquiez les humilie. Les bénéficiaires du RSA ne sont pas des élèves dans une cours de récréation, il n’y a aucune récréation à siffler. On ne joue pas à être au RSA, on le subit !

Etre accompagné pour retrouver le chemin de l’emploi, s’insérer dans une vie économique et sociale dont on est exclu, voila la nécessité aujourd’hui.

Avec Wauquiez, c’est le double choix : accepter l’humiliation et avoir une mince chance de s’en sortir, ou s’enfoncer durablement dans la précarité. Assez de ces choix impossibles !

Nous disons à Laurent Wauquiez d’ouvrir les yeux sur les réalités sociales de notre région. Ce ne sont pas ces belles statistiques sur papier glacés, réalisées à grand renfort de cabinets d’audit. Qui peut vivre avec 400€ par mois ? Laurent Wauquiez n’en voudrait pas, pas plus que ses collègues de l’exécutif régional !

Non, la réalité des femmes et des hommes qui touchent le RSA, c’est la volonté de trouver un travail, de bien vivre et de bien travailler.

Que monsieur Wauquiez retrouve quant à lui, le chemin de la dignité, cesse de faire des embuches de la vie des stigmates permanents. Le rôle de notre collectivité, c’est d’empêcher les ruptures de parcours, de permettre à des privés d’emploi de pouvoir se rendre à un entretien d’embauche, c’est leur assurer la dignité et les moyens de vivre.

Nous défendons un réel service public d’accompagnement à l’emploi, un emploi qualifié, choisi, dont chacune et chacun puisse vivre et en être fier.

Cécile Cukierman, sénatrice de Loire, conseillère Régionale, présidente du groupe PCF-FDG

Laisser un commentaire