Politique culturelle française : quand un spectacle est annulé faute de visas.

nouvelle-image-3Chers amis de l’Arlequin,

 Nous sommes au regret de vous annoncer que la représentation de « We almost forgot », la pièce de danse contemporaine de Qudus Onikeku, programmée pour le jeudi 3 novembre, a été annulée, plusieurs des danseurs n’ayant pas obtenu leur visa. Le théâtre de l’Arlequin, la compagnie BlonBa, les spectateurs qui avaient prévu de vivre ce grand moment d’art sont punis en même temps que les artistes concernés.
 
Je vous joins la réaction que Jean-Louis Sagot-Duvauroux a postée sur la page facebook de notre théâtre (https://www.facebook.com/arlequin.theatre?fref=ts)

WE ALMOST FORGOT, la création en France est annulée par l’administration française.
Le spectacle franco-germano-maliano-nigérian de Qudus Onikeku devait connaître sa création française jeudi prochain à Choisy-le-Roi. Evaporation de visas. Spectacle annulé. La République française était placée devant le risque apocalyptique (en l’occurrence infondé) de voir un ou deux talentueux Africains rester sur son sol et l’enrichir de leur créativité. Horreur. Tolérance zéro.
Au même moment, le Premier ministre Manuel Valls plaide sur le sol africain pour l’extension à l’Afrique d’Erasmus (dispositif de circulation des étudiants).
Il est au pouvoir ou il joue à la marelle ?
Ou il se joue de nous et de l’avenir de son pays ?
Ou il sait que lui voyage partout sans visa et les autres, il s’en fout ?
Monsieur le Premier ministre, les instructions données par votre gouvernement ont provoqué ça. Vous êtes trop haut, trop loin, pour savoir ce qui se passe dans la vie réelle. Dommage ! Dommage pour votre intelligente proposition d’Erasmus euro-africain que cet incident décrédibilise. Dommage pour la France dont le rayonnement s’affaisse. Dommage pour ceux de vos compatriotes qui se réjouissaient d’aller voir un spectacle important. Au fait, ça fait du bien à qui, ce genre de conneries ?
Jean-Louis Sagot-Duvauroux, directeur du théâtre de l’Arlequin

Laisser un commentaire