Mais si, la Direction Générale des Finances Publiques a de l’humour !

nouvelle-image-1

Ma vieille maman, née en 1921, a élevé trois enfants et travaillé 15 ans à l’accueil dans un centre hospitalier. Sur son avis d’imposition 2016 figure cette mention particulièrement émouvante :

 Vous bénéficiez de la baisse de l’impôt sur le revenu votée dans la loi de finances pour 2016.  Votre impôt est de 602€. Sans cette baisse , il aurait été de 840€.

 Or en 2012, ma juste un peu moins vieille maman payait 0€ d’impôts pour ses revenus de 2011.

Mais voilà qu’en 2012 la Cour des Comptes a estimé que  les avantages fiscaux accordés aux retraités étaient considérables et ne reposaient pas sur des fondements économiques recevables.
Les économies d’impôts réalisées par les retraités coûtaient en effet 12 milliards d’euros à l’Etat chaque année. La Cour des Comptes a donc proposé de réduire ces avantages injustifiés dans les prochaines années….

Les prochaines années se résument aux deux années suivantes :

D’abord en 2013, sur des revenus quasi-identiques, l’impôt passait à 178€, sans explications. Et je peux vous affirmer que ma mère n’est pas allée travailler comme caissière en supermarché pour arrondir ses fins de mois, son déambulateur la gênant  pour accéder  à un poste de travail.

Mais  le meilleur  etait à venir avec la réforme des retraites de 2013 :

Comment se présentait globalement cette réforme ?

D’abord, au lieu de prendre effet au 1er avril, la revalorisation annuelle des pensions était décalée au 1er octobre.

Ensuite, mesure plus ciblée présentée par M. Ayrault comme « une mesure de justice », la majoration de pension pour les parents ayant élevé au moins trois enfants était désormais fiscalisée.

Donc en 2014, ma de plus en plus vieille maman, paya 836€ d’impôts pour ses revenus de 2013!

Mais bizarrement aucun petit mot gentil sur la feuille d’impôts du genre :

Vous bénéficiez d’une hausse de l’impôt sur le revenu votée dans la loi de finances pour 2013. Votre impôt est de 836€. Sans cette réforme  , il aurait été de 0€.

Par contre les caisses  de retraite étaient tellement débordées d’appels que la réponse à la question que tout le monde voulait poser  » pourquoi cette augmentation ?  »  avait été mise sur répondeur qui se déclenchait  automatiquement dès la communication établie.

Et pendant ce temps, même si des fuites sans précédent ont permis à de nombreux gouvernements d’engager des poursuites contre des fraudeurs ayant dissimulé de l’argent dans les paradis fiscaux, l’évasion fiscale continuait et continue…

Laisser un commentaire