Laurent Wauquiez (LR ex UMP) attribue 500 euros aux bacheliers qui ont obtenu une mention « très bien » au bac sans aucune distinction sociale.

nouvelle-image-1

Cet argent, versé à une minorité bien définie, ne sera malheureusement pas mis au service de tous les jeunes de cette classe d’âge,  pourtant tout aussi nécessaires les uns que les autres pour construire le monde de demain…

C’est une nouveauté, en région Auvergne-Rhône-Alpes présidée depuis l’hiver dernier par la droite, les bacheliers qui décrocheront une mention « très bien » au bac pourront prétendre à une récompense de 500 euros dès juillet 2016 et cela sans critère de ressource …

Sur le site de la région , relayé par l’ENT Auvergne (Espace Numerique de Travail des lycées) on peut lire : « La bourse au mérite s’adresse à tous les élèves des filières générales ou professionnelles » précise Béatrice Berthoux, Vice-présidente déléguée aux lycées. « Nous souhaitons récompenser l’excellence, a déclaré Laurent Wauquiez, tirer notre chapeau à la réussite de ces jeunes et les aider dans leur parcours. La méritocratie républicaine a du sens dans nos territoires et nous sommes attachés au sens du travail et de l’effort, a expliqué le président de la Région, et par cette mesure nous soutenons aussi les classes moyennes. »

5 000 à 6 000 lycéens sont potentiellement concernés, la région versera entre 2,5 et 3 millions d’euros…

Cet argent, versé à une minorité bien définie !, ne sera malheureusement pas mis au service de tous les jeunes de cette classe d’âge,  pourtant tout aussi nécessaires les uns que les autres pour construire le monde de demain…

 Le Bac en quelques chiffres

 Aujourd’hui environ 78 % d’une classe d’age obtiennent le baccalauréat.A la session de juin 2016 715 200 candidats se sont présentés à l’examen. 632 700 ont été reçus. Le taux de réussite global est en légère hausse de 0,7 point par rapport à 2015nouvelle-image-3

48,2 % des candidats au baccalauréat obtiennent une mention, soit 1,9 point de plus qu’en juin 2015.Au baccalauréat général, où il y a le moins d’admis sans mention, la proportion de candidats obtenant une mention Bien ou Très bien est la plus élevée : elle y atteint 30,4 % contre 12,9 % dans la voie technologique et 11,6 % dans les spécialités professionnelles.

 nouvelle-image-4

 Le nombre de mention très bien en nette augmentation pour le bac général et sa série S

 nouvelle-image-5

De plus le Cnesco (conseil national de l’évaluation scolaire) a constaté que les options facultatives participaient grandement à l’obtention d’une mention, certaines étant plus rentables que d’autres en notation (comme le latin-grec). Les chercheurs du Cnesco se sont également penchés sur l’origine sociale des élèves suivant ces options… Sans surprise, les candidats venant de milieux très favorisés sont surreprésentés. Près de 20% d’entre eux prennent deux options contre 11% des élèves venant d’une famille de classe moyenne. Et ont donc plus de chance de décrocher une mention.

L’observatoire des inégalités montre aussi des distinctions sociales fortes entre filières : en 2012 31 % des enfants d’ouvriers sont bacheliers dans une filière générale, 23 % dans une filière technologique et 46 % dans une filière professionnelle. Parmi les enfants de cadres supérieurs les trois quarts ont eu un bac général, 14 % un bac technologique et 10 % un bac professionnel. En 10 ans (de 1990 à 2000) la situation s’est dégradée pour les milieux les plus populaires, les employés de service et les ouvriers non qualifiés. Chez ces derniers, la part de bacheliers de la filière S est passée de 6,4 à 4,6 %.

Tout ceci corrobore le bilan désastreux dévoilé ce mardi 27 septembre 2016  par le Cnesco comme quoi l’école française creuse et fabrique les inégalités sociales : c’est le système le plus inégalitaire de l’OCDE …

 Force est de constater donc que la mention Trés Bien concerne le plus souvent des bacheliers de série générale S de milieu favorisé mais qui sont les acteurs de cette financiarisation du mérite ?

Pour les boursiers sur critères sociaux c’est l’état qui verse d’office en supplément une Bourse au mérite. L’année dernière, le gouvernement a divisé par deux son montant, l’abaissant de 1800 à 900 euros ( décret au Journal officiel du 28 mai 2015 ) . Elle est renouvelable deux fois, son montant est versé en neuf mensualités de 100 euros par le Crous. Autre changement : désormais, les meilleurs étudiants boursiers de licence ne toucheront rien.

Cette année deux régions ont annoncé apporter une aide financière : Valérie Pécresse (LR ex UMP) en Région Île-de-France  veut compenser cette diminution en instaurant sa bourse à 900 euros  par an (renouvelable deux fois) sur critères sociaux tandis que, pour notre région, Laurent Wauquiez (LR ex UMP) attribue à tous 500 euros sans distinction sociale. Même certains départements et communes  leur emboîte le pas, chacun y va de son montant, de ses critères d’attribution ! Les banques sont aussi de la partie…sans oublier les avantages en nature de quelques sociétés (agence de voyage…)

 Le mérite c’est ce qui rend quelqu’un digne d’estime eu égard aux difficultés surmontées. Ces jeunes, quelque soit leur filières, qui se sont donnés du mal pour réussir à valider leur année sont tous méritants. Ils font des études pour acquérir des connaissances, quelque soit le domaine, pour développer leur sens critique, pour une satisfaction personnelle, pour le plaisir de l’effort intellectuel

Arroser arbitrairement certains ne fait qu’augmenter l’individualisme, les inégalités et les tensions.

Mais il ne faut pas oublié que si l’inégalité règne en maître sur ces privilèges financiers, un privilège démocratique de taille sera attribué cette année à tous ces jeunes de 18 ans, sans distinction sociale, financière ou de mérite : une carte d’électeur…

Je vous rappelle  simplement que la démagogie (du grec demos « le peuple » et ago : « conduire ») est une notion politique et rhétorique désignant l’état politique dans lequel les dirigeants mènent le peuple en le manipulant pour s’attirer ses faveurs, notamment en utilisant un discours flatteur ou appelant aux passions.

Tout le monde sait que Mr Vauquiez, pourfendeur de toutes aides sociales, est affublé de surnoms comme opportuniste , démago … Il a convié tous ces jeunes boursiers à une cérémonie de remise de diplôme de bourse au mérite qu’il a lui  même présidé le 26 septembre 2016 à 18h30 dans les locaux de l’Hôtel de Région à Lyon. Il faut espérer que cette prime ne suffira pas à acheter l’électorat de nos jeunes « les plus méritants »…