L’Arrangement, c’est maintenant.

Récemment (mi-mai 2016), F. Hollande  communique sur les chiffres du chômage. Que dit-il à la TV, à une heure de grande écoute ?

« Sous mon prédécesseur, le chômage a  augmenté de 1 million ». Et il ajoute « avec moi : 600 000 »

 Sauf que c’est FAUX.

 Pour s’en convaincre, prenons connaissance des chiffres officiels (Service Statistique du   Ministère du Travail). La réalité est la suivante.

 Oui, sous Sarkozy, le nombre de chômeurs a crû de 1 088 000, en intégrant (à juste titre)   les chômeurs des catégories B et C (ceux qui ont une activité réduite). Par contre si on s’en tient aux chômeurs de catégorie A (sans aucun emploi) -donnée sur laquelle les gouvernants communiquent depuis une dizaine d’années, en 5 ans, N. Sarkozy n’a atteint que 753 400.

Sous Hollande, en retenant la référence choisie par l’actuel Président (A + B +C), on arrive à  1 096 000, soit 8 000 de plus.

 Continuons dans le sordide et comparons leurs « performances ».

  1. Sarkozy a obtenu ce résultat en 5 ans, soit une moyenne de + 217 600 chômeurs/an.
  2. Hollande a obtenu entre mai 2012 et mars 2016 une moyenne de + 274 000 chômeurs/an.

Au-delà des mensonges et arrangements avec les chiffres, cela prouve que la politique  libérale défendue de Hollande à Marine  Le Pen est une cause essentielle du chômage.

Le néolibéralisme n’est pas qu’un choix économique : c’est une politique délibérée et globale qui organise la détérioration des conditions de vie de l’immense majorité et la destruction de notre éco-système pour le profit d’une toute petite minorité (moins de 10% de la population !).

Il faut une autre politique véritablement de gauche : réduction du temps de travail   hebdomadaire, retraite à 60 ans, taxation du capital, revenu maximal, réforme fiscale, investissements massifs dans une politique écologique (réduction de la consommation d’énergie, développement des énergies    renouvelables …).

 C’est possible – Ne lâchons rien.

tract chiffresduchômagejuin2016 à diffuser abondamment

 

 

Laisser un commentaire