Communiqué du Parti de gauche : la reconnaissance d’erreurs et la constitutionnalisation d’un Patriot Act

Lundi 16 Novembre 2015. Face aux attentats les plus meurtriers jamais commis en France, François Hollande s’est exprimé pendant environ 45 minutes devant le Congrès à Versailles pour exposer sa riposte.
Nous publions le communiqué du Parti de gauche après  cette intervention :

« Prenant un ton martial, le président Hollande a assumé qu’il avait bel et bien engagé notre pays en guerre sans jamais avoir fait voter le Parlement.

Mais il a dû aussi dresser la liste de ses échecs et de ceux de son prédécesseur :

Echec géostratégique : il reconnaît que les discussions doivent reprendre avec la Russie, sous l’égide de l’ONU, dans la recherche d’une alliance et que Bachar El Assad ne saurait constituer la cible n°1. La déstructuration par la force des états de la région n’a amené aucun progrès démocratique, ni la paix mais a permis de développer le terrorisme. Il faut en finir réellement avec cette politique.

Echec de l’austérité : bien tard, il constate « le pacte de sécurité supérieur au pacte de stabilité ». Voilà que nos gouvernants se rendent compte que baisser les dépenses publiques c’est moins de policiers, gendarmes, de magistrats, de douaniers, de services de renseignements, de personnels de santé, d’enseignants si indispensables pour réaffirmer les valeurs de la république. C’est globalement moins de cet Etat qui s’est révélé si indispensable ce week-end. Il faut maintenant aller plus loin, passer aux actes et reconnaître également que le pacte social doit être supérieur à l’austérité.

Il assume malheureusement de glisser sur la pente autoritaire et sécuritaire en exploitant tous les rouages de la 5ème République. Il reprend une proposition aussi inefficaces qu’antirépublicaine la déchéance de la nationalité, pour les bi-nationaux nés français. Il renvoie ainsi à l’idée nauséabonde qu’il y deux sortes de citoyens. Une telle mesure n’empêchera jamais les actes de terrorisme. Ne vaut-il pas mieux que des candidats au Djihad soient surveillés en France plutôt qu’ils soient renvoyés dans des territoires où ils pourront perpétrer des crimes en toute impunité ? Quand Hollande entend instaurer plusieurs catégories de français, remettant en cause le code de la nationalité, nous réaffirmons au contraire l’indivisibilité du peuple !

Plus globalement Hollande constitutionnalise un Patriot Act, alors même que dix années après, les américains ont reconnu son inefficacité et que seuls cinq décrets sur douze de la loi renseignement ont été publiés. Cette volonté d’inscrire l’état d’urgence dans la constitution, sans aucune implication du peuple, tout en le renouvelant immédiatement pour 3 mois, instaure un état d’urgence permanent contraire aux libertés fondamentales.

Avec ces annonces de Hollande devant le congrès, la dérive sécuritaire de la 5ème République a franchi un nouveau cap. Le PG appelle les parlementaires à refuser la prolongation et la constitutionnalisation de l’Etat d’urgence, qui marquerait un recul de l’Etat de droit sans permettre une lutte plus efficace contre la menace terroriste. »

Danielle Simonnet et Eric Coquerel, coordinateurs du Parti de Gauche

Laisser un commentaire