Un toit, c’est un droit !

Depuis le 3 octobre 2017, une centaine de réfugiés, dont une quarantaine d’enfants, « campent » dans l’enceinte de la faculté des lettres de Clermont-Ferrand. Ailleurs, dans un squat, plus de trente mineurs isolés venus de différents états africains « vivent » avec l’aide de militants du Réseau Éducation Sans Frontière (RESF).

Certains sont demandeurs d’asile et de ce fait l’État leur doit le logement, les mineurs relèvent de la responsabilité du Conseil Départemental, la loi permet la réquisition des logements vides.

Il n’est pas acceptable que la Préfecture du Puy-de-Dôme, le Conseil Départemental, la Mairie de Clermont-Ferrand et le Conseil Communautaire de la future métropole auvergnate ne réussissent pas à loger décemment une centaine de personnes et laissent dehors une quarantaine d’enfants !

L’Atelier du Front de Gauche du canton de Beaumont appelle les pouvoirs publics (Préfecture, Conseil Départemental, Mairie de Clermont-Ferrand , Conseil Communautaire) à répondre rapidement à cette situation au risque de laisser ces familles et ces enfants sans protection face aux dangers et à l’insalubrité de la rue et maintenant au froid.

Réfugié-e-s sur le campus universitaire : Appel au soutien militant

Images intégrées 1Depuis le 3 octobre une centaine de demandeurs d’asiles, dont une quarantaine d’enfants ont posé leurs tentes dans l’enceinte de la faculté de lettres de Gergovia.

Avec le soutien des membres du Réseau Éducation Sans Frontières, ces familles et ces personnes isolées se sont regroupées pour faire respecter leur droit à un logement digne. Depuis plusieurs mois, les services de l’État délaissent ces familles, les laissent vivre dans le dénouement le plus total sans toit au dessus de leurs têtes, sans accès à l’eau ni à des sanitaires. Les pouvoirs publics (préfecture, mairie, conseil départemental) se renvoient la balle, laissant la situation pourrir et confrontant ces familles et ces enfants aux dangers et à l’insalubrité de la rue.

Pourtant, des solutions existent. A l’échelle seule de la ville de Clermont-Ferrand, plus de 4000 logements sont vides et pourraient accueillir ces personnes. La loi de réquisition administrative des logements vacants le permet.

Face à cette situation sanitaire et humanitaire dramatique, les demandeurs d’asiles et les associations ont pris les choses en main pour s’organiser, lutter et exiger des solutions de relogement pérennes pour l’hiver et une issue positive à l’examen des situations administratives.

Alors que la situation s’enlisait depuis plusieurs semaines, dès le 4 octobre nous avons été reçus par la préfecture nous annonçant qu’elle accélérait l’examen administratif des dossiers de ces familles.

Sur le camp la solidarité s’organise. Étudiant.e.s, badauds et riverains offrent leurs services, organisent des collectes de nourriture, de vêtements chauds, de tentes, de duvets… Malgré ce soutien toujours plus nombreux nous avons toujours besoin de nourriture, de produits d’hygiène, de couvertures, de matériel de camping (retrouvez la liste des besoins sur la page Facebook du RESF 63).

Néanmoins nous avons besoin qu’un maximum de camarades puissent passer sur le camp afin de relayer les militant-e-s présent-e-s depuis le début. Pour des raisons évidentes de sécurité et d’accueil nous assurons une présence 24h/24h. La menace des fascistes est réelle (plusieurs d’entre eux sont déjà venus perturber le camp et ont été évacués par les militant-e-s).

Incendie du centre d’accueil et d’orientation des migrants de Calais à Loubeyrat (63): répondons à la haine par la solidarité.

Communiqué de Presse  Boris BOUCHET,
Conseiller régional PCF,  Conseiller municipal et communautaire de Riom

 Dans la nuit du 23 au 24 octobre, le site de Loubeyrat destiné à abriter un centre d’accueil et d’orientation des migrants de Calais a été la cible d’un incendie criminel.

Celà fait suite à une série d’actes criminels du même type en Isère, en Loire-Atlantique et en région parisienne. Je dénonce avec force cet acte aussi stupide qu’abject, témoin du climat délétère distillé dans notre société. J’en appelle à la solidarité des femmes et des hommes de notre territoire qui sauront répondre avec humanité aux actes racistes et xénophobes.

 La responsabilité des personnalités politiques est d’éteindre plutôt que d’attiser les braises de la haine et du rejet de l’autre comme l’a fait récemment le président de région Laurent Wauquiez, en lançant une pétition contre l’accueil de 1784 migrants de la jungle de Calais dans notre région qui compte 7,7 millions d’habitants. Je veux retenir de ce week-end face à la bêtise des auteurs de cet acte ignoble, les centaines de femmes et d’hommes ( plus de 2000 personnes) qui se sont rendus  sur le mont Mézenc afin de proclamer notre région terre d’accueil.

Read moreIncendie du centre d’accueil et d’orientation des migrants de Calais à Loubeyrat (63): répondons à la haine par la solidarité.

La politique d’exclusion des mineurs isolés étrangers mise en place à Calais : on leur donne de fausses dates de naissances pour les rendre majeurs.

La jungle à Calais

Un article du blog des passeurs d’hospitalité. 

https://passeursdhospitalites.wordpress.com/2015/11/10/le-1er-janvier-1997-tout-plein-de-naissances/

Les avocat-e-s le constatent en ouvrant le dossier des personnes placées en rétention, les juges s’en offusquent parfois, les bénévoles le lisent sur les documents que les exilé-e-s leurs présentent parfois pour y comprendre quelque chose : un nombre important de personnes placées en rétention après être passées par le commissariat de Coquelles, près de Calais, ont cette année pour date de naissance le 1er janvier 1997.

Read moreLa politique d’exclusion des mineurs isolés étrangers mise en place à Calais : on leur donne de fausses dates de naissances pour les rendre majeurs.

la 2ème édition du Festival Migrant’Scène : Samedi 14 Novembre au 13 rue Marmontel à 11h, début de cette édition..

LogoCimade1
Un festival dans plus de 45 villes à travers la France et à Rabat au Maroc.
2 semaines d’événements, de débats, de rencontres et de fêtes durant toute la deuxième quinzaine de novembre.

Read morela 2ème édition du Festival Migrant’Scène : Samedi 14 Novembre au 13 rue Marmontel à 11h, début de cette édition..