Marée populaire, samedi 26 mai 2018

 

 

 

POUR L’ÉGALITÉ, LA JUSTICE SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE,
LA SOLIDARITÉ
Emmanuel Macron, son gouvernement et le Medef veulent restructurer en profondeur la société française : politique d’austérité, destruction des droits des salarié.es, sélection à l’entrée de l’université, casse des services publics, aggravation du sort des sans emplois, réorganisation aggravant les inégalités en matière d’accès à la justice, réforme fiscale favorable aux plus riches, loi toujours plus répressive contre les migrant.es, priorité donnée au secret des affaires contre le droit à l’information, introduction de l’état d’urgence dans le droit commun, répression des mouvements sociaux et des jeunes des quartiers populaires, répression des alternatives paysannes à Notre-Dame-des-Landes, reculs historiques sur les politiques environnementales, utilisation de l’égalité femmes-hommes comme simple outil de communication, sans moyens financiers, alors que les femmes sont les premières concernées par les régressions sociales… sans oublier une politique militariste au niveau international.
Dans cette situation le grand patronat multiplie les restructurations et ignore les revendications des salarié.es. Dans de nombreuses entreprises, la répression antisyndicale accompagne cette logique régressive. En ciblant les personnels à statut, en particulier les cheminot.es, Macron espère, s’il l’emporte, casser tout esprit de résistance.
Les mobilisations se multiplient dans de nombreux secteurs. Mais, avec l’addition et la cohérence des attaques ce qui est en jeu aujourd’hui comme jamais, c’est bien la nature même de la société dans laquelle nous voulons vivre. Ce coup de force doit échouer.

Nous refusons une société aux droits sociaux réduits à néant, où les services publics et la sécurité sociale auraient disparu, où chacun.e achèterait sa retraite, où l’inégalité de traitement des territoires serait la règle, où l’accès à l’université serait de plus en plus réduit, où les défis écologiques seraient soumis aux intérêts de la finance. Toutes et tous, nous refusons de subir ces réformes qui nous appauvrissent, abiment notre santé et visent à nous opposer les un.es aux autres. Nous voulons un véritable partage des richesses. Nous voulons travailler moins pour travailler toutes et tous. Nous refusons la marchandisation généralisée à tous les espaces de nos vies.
Le gouvernement espère l’isolement des mobilisations actuelles et ainsi les défaire les unes après les autres, en les laissant s’épuiser ou en les réprimant. Toutes et tous ensemble nous devons affirmer dans la rue que des alternatives existent, que nous ne nous résignons pas au sort que nous promet ce président et ceux qui le soutiennent. Nous voulons le forcer à nous entendre et à retirer ses projets.
Au-delà des mobilisations positives qui existent déjà, dans le respect de nos champs d’interventions respectifs, nous voulons rassembler toutes les forces sociales, syndicales, associatives, politiques pour construire et réussir ensemble un grand rendez-vous citoyen.

Attac, Ligue des Droits de l’Homme, RESF, AFPS, Collectif Justice et Vérité pour Wissam, Mncp-Chom’actif, Festival du Cinéma Social et Engagé, DAL, Planning Familial, OLF 63, FCPE, Confédération Paysanne 63, CGT, FSU, SOLIDAIRES, Syndicat des Avocats de France, UNEF, UNL, PCF, Parti de Gauche, Ensemble, France Insoumise, Génération, MRC, NPA, EELV, MJCF-UEC, Génération Jeunes Bougnats, Mediacoop, Fakir, l’Atelier de gauche-canton de Beaumont.

Plus de 2000 personnes au défilé du 1er mai pour « la solidarité internationale avec les travailleurs » et aussi « contre Macron et ses réformes ultralibérales ».

La journée internationale des luttes des Travailleurs et Travailleuses a rassemblé partout dans le département. 2200 manifestant-e-s à Clermont-Fd, 200 à Riom et à Issoire, 100 à Thiers et Saint Éloy les Mines ; les Unions Locales ont mouillé la chemise avec de très bonnes prises de parole lors des rassemblements et l’organisation des traditionnels moments conviviaux et fraternels du 1er mai.

L’album du premier Mai  à Clermont-Ferrand

 

Participons aux mobilisations et aux initiatives de convergence des luttes

L’Atelier de gauche  appelle tous ses adhérents et sympathisants à être présents et actifs,  dans tous les rendez-vous d’ores et déjà annoncés et dans ceux qui le seront dans les jours à venir, pour faire d’avril, mai et juin trois mois de luttes généralisées dans le pays :

  • aux côtés des cheminot.e.s et des électriciens et gaziers, dans chacune de leurs journées de grève ;

  • le 25 avril aux manifestations des chômeuses et chômeurs contre le projet de loi réformant l’Assurance chômage;

  • au meeting unitaire de la gauche et des écologistes du lundi 30 avril, Place de la République à Paris, et dans les initiatives unitaires de la gauche dans le pays ;

  • au très grand 1er mai 2018 de mobilisations et de convergences

  • le 3 mai avec les enseignant.e.s et les lycéen.ne.s contre la sélection ;

  • le 5 mai à la manifestation « pot-au-feu : la fête à Macron » ;

  • le 22 mai avec les fonctionnaires et les hospitaliers;

  • le 9 juin pour la « Marche sur l’Élysée » des « oublié.e.s de la République » ;

  • le 14 juin avec les retraité.e.s ;

  • le 23 juin à l’ initiative nationale à l’appel de la Convergence des services publics

et à toutes les autres initiatives qui continuent de se construire.

le 22 mars, défendons les Services Publics : grève et manifestations.

MANIFESTATION AU DEPART DE LA PLACE DU 1er MAI à 10H

A nouveau réunies le 21 février, les organisations CFTC, CGC, CGT, FO, FSU et Solidaires ont fait le bilan des réunions bi-latérales organisées par le Ministre. Les discussions ouvertes par le gouvernement sur le recours accru aux contractuels, les éléments de rémunération dont celui du mérite, une révision des instances de dia-logue social…engagent de profondes remises en cause des missions publiques et une dégradation des conditions de travail des agent-es. C’est aussi une menace réelle contre le Statut Général des fonctionnaires et la fin possible d’une Fonction publique au service de l’intérêt général.
A l’inverse de ces orientations inquiétantes, et de celles contenues dans le programme Action publique 2022, la qualité des services publics à rendre aux usagers sur l’ensemble du territoire, la défense de l’intérêt général, nécessitent la création d’emplois qualifiés pérennes et de qualité, une plus grande reconnaissance du travail et des missions exercées par les agent-es, une amélioration significative de leurs salaires.
Pour les plus de 5 millions d’agents de la Fonction publique, après le report de PPCR et contrairement à ce qu’avait promis Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, leur pouvoir d’achat continue de baisser du fait du gel de la valeur du point d’indice, du rétablissement de la journée de carence, de l’augmentation de la CSG avec une simple compensation et des retenues pour pension.
L’ouverture rapide de négociations est indispensable pour pouvoir rediscuter d’une augmentation réelle et significative des salaires de toutes et tous les agent-es de la Fonction publique, permettant une réelle reconnaissance de leur engagement professionnel quotidien qui contribue à la qualité des services publics, au développement du pays comme à la cohésion de la société.
C’est pour faire entendre ces légitimes revendications que les organisations CFTC, CGC, CGT,FO, FSU et Solidaires appellent les agent-es à se mobiliser massivement le 22 mars.
Pour :
Une négociation salariale immédiate pour le dégel de la valeur du point d’indice, le rattrapage des pertes subies et l’augmentation du pouvoir d’achat
L’arrêt des suppressions d’emplois et les créations statutaires dans les nombreux services qui en ont besoin et non un plan destiné à accompagner de nouvelles et massives suppressions ;
Un nouveau plan de titularisation des contractuel.le.s, de nouvelles mesures pour combattre la précarité et non pour favoriser son extension comme le préconise le gouvernement ;
Des dispositions exigeantes pour faire respecter l’égalité professionnelle ;
L’abrogation du jour de carence ;
La défense et la pérennisation du système de retraite par répartition et des régimes particuliers ;
La défense du statut général des fonctionnaires, et des statuts particuliers, qui permet déjà de répondre aux besoins de la population sur l’ensemble du territoire et qui garantit l’égalité entre les usagers.
Dans le Puy-de-Dôme, les syndicats de la jeunesse UNEF, Solidaires étudiant-e-s et UNL se joignent à notre appel ainsi que le Sgen/CFDT et l’UNSA (Education, Santé et Territoriaux).

Journée nationale d’actions des retraitées et des retraités

NON A LA HAUSSE DE LA CSG
NON À LA BAISSE DES PENSIONS

Les retraitées et les retraités : ni privilégiés ni assistés !

Le jeudi 15 mars 2018
Journée nationale d’actions
Rassemblement à 14h place de Jaude
Manifestation à de la Préfecture et au Conseil Départemental

Au 1er janvier 2018 la CSG a augmenté de 1,7 point. Une augmentation de 25 %, pour la plupart des retraités, provoquant une baisse nette des pensions de plusieurs centaines d’euros par an.
Nous avons connu les blocages des pensions, des sous indexations, jamais une telle amputation ! Cette nouvelle baisse des pensions s’ajoute à une liste déjà longue de diminution du pouvoir d’achat des retraités : la CASA de 0,3 %, la suppression de la 1/2 part fiscale pour les veuves et veufs, la fiscalisation de la majoration familiale et le blocage des pensions pendant 4 ans. Et comme si ça ne suffisait pas, la pension de 2018 sera à nouveau gelée et les complémentaires bloquées pour très longtemps.
Le 1er janvier, arrivent les augmentations des complémentaires santé, du gaz qui prend 6,9 %, du forfait hospitalier qui passe à 20 €, des taxes sur le carburant…
Selon le gouvernement, il s’agit d’un « effort pour les jeunes générations ». Les retraité-e-s n’ont pas attendu le Président Macron pour faire preuve de solidarité et cette nouvelle baisse de leur pouvoir d’achat réduira l’aide qu’ils apportent déjà aux jeunes générations.
D’autres choix budgétaires sont possibles La suppression de l’ISF pour les patrimoines boursiers et la mise en place d’une taxation plafonnée à 30 % pour l’imposition des dividendes représentent 4,5 milliards d’euros de cadeaux faits aux plus fortunés.
Ensuite, le gouvernement met en avant le déficit budgétaire provoqué par lui-même avec de telles pertes fiscales pour imposer de la rigueur et de l’austérité au reste de la population. C’est dans ce cadre qu’intervient la hausse de la CSG.
En France, les 39 milliardaires en dollars ont vu leur fortune grimper de 21 % au cours de cette seule année 2017, atteignant, au total, 245 milliards.
Sur les vingt dernières années, les dix plus grandes fortunes françaises ont augmenté de
950 % ; bien loin des 35 % d’inflation dans la même période. Le CAC 40 a progressé de 9,26 % cette année, bien loin de la progression des salaires et des pensions. La pension du retraité est un droit acquis par le travail

NON à la misère des EHPAD !
Les 8 Organisations entendent poursuivre leur mobilisation pour la défense des
EHPAD et contre la misère qui leur est imposée via la réforme tarifaire.
Défense des services publics
Elles sont solidaires de la journée de mobilisation du jeudi 22 mars 2018

TOUS DANS L’ACTION INTERPROFESSIONNELLE LE 16 NOVEMBRE

Contre les ordonnances MACRON et les reculs sociaux :
TOUS DANS L’ACTION INTERPROFESSIONNELLE

Par la grève, les arrêts de travail et la manifestation, Mobilisons-nous contre cette politique de régression sociale

Jeudi 16 novembre 2017 : tous en manifestation
10h30 place du 1er mai à Clermont-Ferrand

Dans quelques jours, la loi de ratification des ordonnances « travail » va être soumise à l’Assemblée Nationale. Il est encore temps de se mobiliser pour gagner.
Ces ordonnances, si elles sont appliquées, nous ramèneraient des dizaines d’années en arrière.
Comme l’ensemble des mesures imposées par MACRON depuis son élection, elles répondent aux exigences du MEDEF contre les droits des travailleurs du privé et du public !

C’est un gigantesque recul social : ces ordonnances doivent être retirées.

Et ce n’est pas tout

EN GRÉVE LE 10 OCTOBRE, ENGAGÉ-ES POUR LA FONCTION PUBLIQUE !

Manifestation à Clermont-Ferrand au départ du 1er Mai à 10h.

Parcours de la manifestation :
Place du 1er Mai, Rue Niel, Avenue de l’Union Soviétique, Boulevard Fleury, Avenue Carnot, Cours Sablon, Boulevard Gergovia, Avenue Vercingétorix, Rue Gilbert Morel, Rue Maurice Busset, Rue Maréchal de Lattre et de la 1ére Armée, Rue du Maréchal Juin, Boulevard Desaix, Préfecture.

Déclaration commune : stoppons_les_offensives_contre_la fonction publique

à l’appel de :

 

 

 

 

 

 

Public et Privé, toutes les raisons d’être en grève et manifestation le 12 septembre 2017

Les organisations syndicales du Puy de Dôme CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES et UNEF appellent à faire barrage au gouvernement par la grève, les arrêts de travail et la manifestation mardi 12 septembre 2017, jusqu’au retrait des ordonnances et de la loi travail XXL.

Pour un code du travail protecteur

Pour plus de justice Sociale

Contre la casse de nos garanties individuelles et collectives

Toutes et tous en grève le 12 septembre 2017

Manifestation 10h place du 1er Mai à Clermont-Fd

Ensemble, faisons du 1er Mai une journée de lutte et de mobilisation pour le progrès social, la solidarité et la paix entre les peuples

 

 

 

 

Manifestation à 10h30 

Rendez-vous Place Delille à Clermont-Fd

Pour l’abrogation de la loi EL KHOMRI qui casse le code du travail ;
Pour la défense des emplois et l’augmentation générale des salaires, des pensions et des minima sociaux ;
Contre l’austérité et la régression sociale… Pour la défense et la promotion du service public ;
Pour la défense des libertés syndicales, du droit de grève et du droit de manifestation
Pour l’égalité des droits et des salaires entres les femmes et les hommes ;
Pour la reconnaissance d’un véritable droit d’asile et la fin de la situation honteuse dans laquelle sont maintenus des
milliers de migrants obligés de fuir leur pays.
Pour les revendications et la République sociale !

Read moreEnsemble, faisons du 1er Mai une journée de lutte et de mobilisation pour le progrès social, la solidarité et la paix entre les peuples

UN 8 MARS DE DÉFENSE ET DE CONQUÊTE DES DROITS DES FEMMES

MOBILISATION MERCREDI 8 MARS 2017 

15H40 : RASSEMBLEMENT DEVANT LA PRÉFECTURE,

18H : MANIFESTATION, DÉPART PLACE DE JAUDE

logo-2 15h40, pourquoi ?

15h40, c’est l’heure à laquelle les femmes arrêtent d’être payées chaque jour, sur la base d’une journée standard (9h – 12h30/13h30 – 17h).

Les femmes sont toujours payées 26% de moins que les hommes

  • Parce qu’elles sont 30% à travailler à temps partiel

  • Parce qu’elles sont concentrées dans des métiers dévalorisés socialement et financièrement

  • Parce qu’elles n’ont pas de déroulé de carrière

  • Parce qu’elles touchent moins de primes, d’heures supplémentaires

Appel unitaire de CGT, FSU, SOLIDAIRES, UNEF, Osez le Féminisme, Femmes et Hommes d’Avenir, Planning Familial, LDH soutenu par NPA, Ensemble, PCF, UEC JC