Nouvelle image (1)

par Liêm Hoang-Ngoc, Maître de conférences à l’Université de Paris I.

publié le 27 avril 2016 dans Politis

La croissance de 1,2 % en 2015 n’est pas due à la politique de l’offre tant vantée par le gouvernement.

Selon le chef de l’État et son Premier ministre, la France va mieux. La reprise se consolide et le déficit extérieur se résorbe, témoignant des effets bénéfiques de la politique de l’offre. La dette se réduit. Le pouvoir d’achat augmente. La pauvreté recule. La courbe du chômage s’inversera en fin de mandat. Tel est l’argumentaire technocratique que le candidat putatif Hollande à la future élection présidentielle a commencé à déployer lors de son intervention télévisée. Une analyse détaillée montre pourtant que la politique du gouvernement est étrangère à l’impact macroéconomique qu’elle est supposée avoir provoqué.