Refusons la braderie de l’industrie aéronautique et du Service Public !

Vendredi 7 avril, les élus communistes sont allés saluer et soutenir à Aulnat les salariés en grève de HOP ! (filiale d’Air France-KLM dédiée aux relations aériennes nationales). > Suite à la fusion en avril 2016 des 3 compagnies (Airlinair, Britair et Régional) dans le groupe Hop !, les salariés et leurs organisations syndicales sont dans l’incertitude la plus totale concernant leur avenir et celui de leur entreprise.
Depuis un an, les salariés et leurs représentants du personnel sont maintenus dans l’ignorance et aucune feuille de route claire n’a été communiquée. Sur l’emploi, l’investissement, l’évolution de l’organisation du travail et les choix stratégiques : c’est le brouillard le plus complet.
Par contre, les échos d’une réduction drastique des effectifs sont perceptibles. Le nombre d’avions utilisés par HOP est passé de 93 à 65 en l’espace de 5 années. Parallèlement les salariés vivent comme un « siphonnage » le prélèvement de 10 millions d’euros dans les comptes de l’entreprise afin de former un certain nombre de pilotes appelés à être transférés vers Air France-KLM.

Read moreRefusons la braderie de l’industrie aéronautique et du Service Public !

Déclaration de la CGT : un accord de l’assurance chômage qui pénalise les femmes, les seniors et les travailleurs précaires

La négociation assurance chômage vient de se terminer par un texte d’accord dans la soirée du 28 mars.
Le seuil d’affiliation, que le Medef voulait durcir, est resté quasiment inchangé, sauf quelques milliers d’ouvertures de droit (à quelques euros par jour) légèrement avancées pour des temps très partiels.

470 millions d’euros d’économies annuelles vont être faites sur le dos des travailleurs précaires : le mode de calcul des indemnités de celles et ceux qui sont dans le régime dit « d’activité réduite » est revu et va entraîner des baisses jusqu’à 200 € par mois dans certains cas pour des salariés en CDD, en intérim ou en temps partiel, au SMIC.

400 millions d’euros sont économisés sur les seniors : la borne d’âge de 50 ans à partir de laquelle les droits sont prolongés de 24 à 36 mois actuellement, va être repoussée avec deux paliers.

-  De 50 à 52 ans, 40 000 chômeurs perdent 12 mois,
-  De 52 à 55 ans 40 000 autres perdent six mois.

En « compensation », un hypothétique abondement du droit à la formation de 3 mois doit être mis en place… plus tard !

Dans les deux cas, les femmes seront plus touchées que les hommes,

Read moreDéclaration de la CGT : un accord de l’assurance chômage qui pénalise les femmes, les seniors et les travailleurs précaires

La Poste : alerte à l’abandon pour les usagers !

nouvelle-image

PARTICIPEZ AU RASSEMBLEMENT A CLERMONT

SAMEDI 14 JANVIER

10h30 poste St Éloi (1 rue Maurice Busset)

12h Préfecture et place de Jaude

Dans les zones rurales comme dans les grandes villes, nous assistons à la fermeture en chaîne de bureaux de postes, ces dernières années. Le réseau postal est passé de 1700 à 900 bureaux. L’opération commence par une réduction des horaires d’ouverture, la multiplication de fermetures surprises qui obligent les usagers à se déplacer vers un autre bureau… Parallèlement la Poste fait pression sur les élus pour transformer les bureaux en agences communales ou intercommunales ou en relais tenus par des commerçants (prés
de 800 bureaux ont été transformés en agences ces dernières années). Jusqu’à présent, les conseils municipaux et le maire avaient la possibilité de s’opposer à la fermeture de leur bureau, mais le «nouveau contrat de présence postale territoriale 2017-2019» (entre l’État, La Poste et l’Association des Maires de France), supprime ce verrou démocratique de l’avis du conseil pour le remplacer par le seul avis du Maire !

La poste : chaises musicales et tour de vis pour les salariés !

Read moreLa Poste : alerte à l’abandon pour les usagers !

Les ATSEM seront en lutte le 14 décembre 2016.

Fédération CGT des Services publics

Accéder à l’École est un droit universel pour chaque enfant. Ce droit doit être préservé et développé afin que chaque enfant puisse accéder, dans un lieu accueillant et apaisant, à la connaissance et aux apprentissages afin de s’émanciper.

Depuis plusieurs années, les Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) se battent pour faire reconnaître leur qualification, et gagner l’amélioration de leur condition de travail.

Ces personnels ne bénéficient d’aucune reconnaissance, que ce soit en termes de niveau de rémunération, de déroulement de carrière, du niveau de pénibilité, alors même que des nouvelles missions liées à l’évolution des rythmes scolaires sont venues créer une surcharge de travail conséquente pour des personnels déjà débordés.

Read moreLes ATSEM seront en lutte le 14 décembre 2016.

Loi Travail : Licenciement économique, c’est désormais permis à la moindre difficulté

licenciementéco1A compter du 1er décembre 2016,  de nouveaux motifs  économiques de licenciement font leur entrée dans le code du travail, suite au vote de  la » loi travail »* dont les mesures s’échelonnent dans le temps.

Avant la loi travail, le code du travail précisait:

Constitue un licenciement pour motif économique le licenciement effectué par un employeur pour un ou plusieurs motifs non inhérents à la personne du salarié résultant d’une suppression ou transformation d’emploi ou d’une modification, refusée par le salarié, d’un élément essentiel du contrat de travail, consécutives notamment à des difficultés économiques ou à des mutations technologiques.

La loi antérieure ne visait ainsi que deux causes de licenciement économique:

  • les difficultés économiques (sans préciser ce que revêt cette notion et notamment quelle doit être l’ampleur des difficultés économiques pour justifier un licenciement pour motif économique) ;
  • les mutations technologiques.

L’adverbe « notamment » mentionné dans l’article L1233-3 avait cependant permis à la Cour de cassation de définir d’autres motifs de licenciement pour motif économique :

Read moreLoi Travail : Licenciement économique, c’est désormais permis à la moindre difficulté

Si les chiffres du chômage peuvent apparaître très bons pour le mois de mars 2016, une analyse plus fine montre la dégradation de la qualité de l‘emploi.

Faire chuter la précarité, un enjeu de la loi travail et dans la négociation assurance chômage

Si les chiffres du chômage peuvent apparaître très bons pour le mois de mars 2016, une analyse plus fine montre la dégradation de la qualité de l‘emploi.

En effet, si on observe une baisse du nombre de demandeurs d’emploi de 60 000 en catégorie A, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie B et C (+51 000) ne cesse de croître. Ceci marque une nouvelle évolution négative de la précarité dont souffrent nombre de salariés et qui coûte très chère à l’assurance chômage et à la société.

Les seniors, comme les chômeurs de très longue durée, sont toujours les dindons de la farce avec une nouvelle hausse du chômage dans cette catégorie.

Les propositions du MEDEF dans les négociations chômage tournent autour de nouvelles règles de calcul de l’indemnité, plus de sanctions pour les demandeurs d’emploi, moins d’allocation avec une dégressivité, passer l’âge à partir duquel  on peut bénéficier en tant que senior d’une durée d’allocation de 36 mois, de 50 ans aujourd’hui à 59 ans. Les seniors sont doublement victimes, du chômage et de la négociation. Mais rien n’est joué, il nous faut imposer des recettes nouvelles !

C’est bien de la qualité de l’emploi dont il faut parler, de la protection des salariés et d’un nouveau code du travail du 21ème siècle qu’il nous faut construire.

Loi travail, assurance chômage, même combat.

Communiqué de la CGT

Les forçats de l’intérim (suite)

Deux documents édifiants sur la conception de l’intérim :

« Moins l’intérimaire est payé, plus les marges sont élevées, car la société d’intérim bénéficie de réduction de cotisations patronales prévues par la loi Fillon de 2003».

« Lettre de l’Inspection du travail adressée à Martin Hirsch, directeur général de l’Assistance Publique- Hôpitaux de Paris (AP-HP), concernant le recours illégal à l’intérim dans les hôpitaux publics ».

« tableau interne à une société d’intérim pour calculer les marges faites en fonction du taux horaire de l’intérimaire ».

INTERCEPTION (émission de France Inter) : Les forçats de l’intérim

Reportage de Pascale Pascariello présenté par Lionel Thompson. Réalisation : Sylvain Richard assisté de Stéphane Cosme et Zohra Bensmaïli. Mixage : Philippe Bredin

La question de l’emploi, ou plutôt du chômage, est au centre du débat politique en France. L’inversion de la courbe du chômage, voulue par François Hollande, ne vient pas.Mais il y a une forme d’emploi qui est repartie fortement à la hausse depuis un an, après quelques années de baisse, c’est l’intérim. Faut-il s’en réjouir ? Un emploi en intérim, c’est au moins un emploi, diront certains. Mais la grande précarité de ce statut pose question et la réalité de l’intérim est souvent loin de l’image idéale du salarié libre de choisir ses missions et mieux payé.

Quelles en sont les conséquences et quel sens a une économie où l’intérim se substitue à de l’emploi pérenne ?

Read moreINTERCEPTION (émission de France Inter) : Les forçats de l’intérim