Deux députés auvergnats contre la prorogation de l’état d’urgence

Danielle Auroi (EELV, Puy-de-Dôme) et André Chassaigne (Front de Gauche, Puy-de-Dôme) ont voté contre cette prorogation : « Ce régime doit rester un instrument d’urgence. Notre arsenal antiterroriste est largement suffisant », a précisé le président du groupe Gauche démocrate et républicaine, André Chassaigne, comme le préconisait le Conseil D’État.

Le Conseil D’État avait  insisté sur le caractère nécessairement exceptionnel de l’état d’urgence :  » Le Conseil d’État… rappelle que les renouvellements de l’état d’urgence ne sauraient se succéder indéfiniment et que l’état d’urgence doit demeurer temporaire. Les menaces durables ou permanentes doivent être traitées, dans le cadre de l’État de droit.

État d’urgence : « Nos groupes parlementaires ne voteront pas la prolongation »

Le gouvernement a décidé, sans débat, de prolonger l’état d’urgence, sous la pression de la droite et de l’extrême droite qui veulent durcir encore le régime d’exception.

Read moreÉtat d’urgence : « Nos groupes parlementaires ne voteront pas la prolongation »

Dans l’horreur, raison garder et exercer

Nouvelle image (3)
http://www.humanite.fr/

Quatre jours après l’attentat qui a plongé sa ville natale « dans le chaos de la violence mondiale », le philosophe André Tosel analyse la situation politique actuelle pour mieux sortir de cette spirale meurtrière.

Read moreDans l’horreur, raison garder et exercer

Ouvrons le débat sur « l’état d’urgence » (suite) : Urgence du commun, pas de la guerre.

  par Roger Martelli. Historien, codirecteur de   Regards  (publié dans l’Humanité du 19/02/2016)

Qu’il faille arrêter l’état d’urgence est une évidence. Il est dangereux, parce qu’il nourrit un état d’exception qui érode les libertés. Il est inefficace, parce qu’il n’écarte pas le risque qu’il prétend conjurer. Il est contre-productif, parce qu’il attise les braises au lieu de les éteindre.

Il faut donc mettre fin à ce monstre juridique et se garder de toute constitutionnalisation de son exercice. Mais si l’on ne veut pas que le même processus se reproduise périodiquement, on devrait aller au-delà. Il convient d’abord de comprendre ce qui est au cœur de la légitimation de « l’urgence ». Sa base est dans l’affirmation sans cesse répétée depuis au moins janvier 2015, à gauche comme à droite : « Nous sommes en guerre ».

Read moreOuvrons le débat sur « l’état d’urgence » (suite) : Urgence du commun, pas de la guerre.

Les escrocs de la radicalité

Nouvelle image (12)Il y a des escrocs de la sémantique comme il y des escrocs de la mémoire. Tous  tentent de dépolitiser,  de vider de son contenu de classe, de consensualiser, voire d’éliminer, la mémoire populaire, celle du monde des travailleurs. Au diable leurs visions du monde, les rapports de classe, les différentes formes de lutte, l’histoire ouvrière, la nécessité de se « connecter » à ce passé, de le faire vivre au présent.

Il s’agit de nous priver des outils de compréhension, d’analyse, de maîtrise, de la société actuelle. Et de nous interdire de la transformer.
Il en va de même avec la « radicalité ». Etre radical, c’était hier, selon le champ lexical, botanique, physique, politique, etc. aller (ou partir) à la racine, à la nature et aux causes profondes des choses, transformer complètement…Un militant radical, un discours radical, un programme radical, cela équivalait le plus souvent à « révolutionnaire ».Sauf à être membre du parti radical, aussi radical que messe du dimanche.

Read moreLes escrocs de la radicalité

Non à la prolongation de l’état d’urgence ! Non à la déchéance de nationalité ! Non à la réforme constitutionnelle liberticide !

Rassemblons-nous toutes et tous devant la préfecture du Puy-de-Dôme, samedi 30 janvier 2016 à 15H

A l’appel de :
LDH (Ligue des Droits de l’Homme), SAF (Syndicat des Avocats de France),
Syndicat de la Magistrature, Union Syndicale SOLIDAIRES Auvergne, UNEF Auvergne, CGT 63, FSU 63, AFPS (association France Palestine Solidarité), ATTAC 63, Chom’actif, Cimade 63, RESF 63, Planning familial 63, PCF 63,P.G 63 et Ensemble 63.

Ceux qui, au nom de Daech, ont fait subir à Paris et à Saint-Denis un moment d’inhumanité absolue ne nous feront pas céder. Rien ne peut justifier ces assassinats, ici ou ailleurs. Chacune des victimes vit en nous parce que nous appartenons à la même humanité. Nous nous devons de réfléchir aux réponses que notre société doit apporter à ces actes.

Read moreNon à la prolongation de l’état d’urgence ! Non à la déchéance de nationalité ! Non à la réforme constitutionnelle liberticide !

Manifeste – Création du Conseil d’urgence citoyenne


Nouvelle image (1)

En ces temps d’effroi face aux attentats et de péril pour la République du fait des réponses qui leur ont été données, nous citoyens voulons réaffirmer la force des principes et l’authenticité des valeurs d’un peuple républicain.
Notre gouvernement fait de l’état d’urgence et de la menace de déchéance de nationalité pour les binationaux les seules réponses à notre situation historique et souhaite en faire des droits constitutionnels.
Loin de déboucher sur une protection accrue des populations, le déploiement de l’état d’urgence a conduit sans délai et conduira à une confiscation des libertés publiques politiques par :
– l’absence de contrôle du pouvoir exécutif dans l’exercice de ses fonctions ;
– l’absence du juge dans les procédures de perquisitions et assignations à résidence qui fabrique un pouvoir préfectoral abusif et arbitraire ;
– la restriction des multiples droits politiques par intérêt et cynisme.

Read moreManifeste – Création du Conseil d’urgence citoyenne

Ouvrons le débat sur « l’état d’urgence et la déchéance de nationalité »(suite): « De l’Etat de droit à l’Etat de sécurité »

On ne comprend pas l’enjeu véritable de la prolongation de l’état d’urgence [jusqu’à la fin février] en France, si on ne le situe pas dans le contexte d’une transformation radicale du modèle étatique qui nous est familier. Il faut avant tout démentir le propos des femmes et hommes politiques irresponsables, selon lesquels l’état d’urgence serait un bouclier pour la démocratie.

Read moreOuvrons le débat sur « l’état d’urgence et la déchéance de nationalité »(suite): « De l’Etat de droit à l’Etat de sécurité »

Roland Gori : « Le néolibéralisme détruit les biens communs et le lien social depuis 40 ans »

Après les attentats de novembre 2015, le psychanalyste et essayiste* revient sur la nature des groupes terroristes et pose les jalons d’une réponse à une crise de civilisation qui suppose de repenser totalement le monde.
HD. De quoi les groupes terroristes qui ont mené notamment les attentats de novembre en France se nourrissent-ils ?
ROLAND GORI. Ils émergent de la niche écologique d’une crise de civilisation qui s’est développée dès lors que les démocraties libérales ont voulu imposer ce que Pierre Bourdieu a appelé un faux universel, c’est-à-dire une raison du monde qui repose essentiellement sur le droit et les affaires. La prétention de rétablir par la tyrannie et la terreur des valeurs intégristes en matière de religion et de famille correspond à ce que la rationalité, que j’appelle « pratico-formelle » – la raison du droit et celle des affaires –, a laissé de côté : les valeurs traditionnelles de la morale et de la religion. Elles constituent le fonds de commerce d’une propagande à même d’appâter les individus les plus « désaffiliés » de notre société. La précarisation, la prolétarisation des vies, associées à une perte des valeurs, permet à ces mouvements de proposer un « sens », une sorte de prothèse à leur existence et d’esthétiser la mort.

Read moreRoland Gori : « Le néolibéralisme détruit les biens communs et le lien social depuis 40 ans »

Ouvrons le débat : Y a-t-il un danger à constitutionnaliser l’état d’urgence?

Face-à-face avec Olivier Duhamel Professeur émérite 
à Sciences-Po, directeur 
de la revue Pouvoirs et éditorialiste 
à Europe 1 et Éliane Assassi Sénatrice 
de Seine-
Saint-Denis, présidente 
du groupe communiste, républicain 
et citoyen

L’état d’urgence prévoit la possibilité de suspendre un certain nombre de libertés publiques au motif d’une « situation d’exception ». Son introduction dans la Constitution de la Ve République ne réactualise-t-elle pas l’idée que cette dernière porte en germe le projet d’un « coup d’État permanent » ?

Read moreOuvrons le débat : Y a-t-il un danger à constitutionnaliser l’état d’urgence?