Collectif AUZON L’ARTIERE PROPRES

Quelques nouvelles concernant les travaux d’assainissement sur la commune de CEYRAT qui impactent directement la rivière l’Artière.

Les premiers travaux sur l’avenue JB MARROU ont pris du retard pour trois raisons : Problème d’amiante qui n’avait pas été détecté lors de la phase de préparation, des raccordements en plomb en nombre et enfin du rocher à casser pour enfouir plus profondément les tuyaux.

La phase sur Boisséjour qui devait commencer à l’automne en est repoussé d’autant puisque soumise à la fin des travaux sur JB Marrou.

Informations sur les travaux à CEYRAT par Clermont Auvergne Métropole cliquer ici.

Notre crainte était que, les élections municipales arrivant, le projet devienne caduc. Madame Burguiere (Directrice des services à la CAM) nous a confirmé que les travaux étaient actés ; l’appel d’offre est positif et le coût  des travaux estimé, rentre dans l’enveloppe.

Se pose la question d’une réunion publique pour information en période électorale et les services juridiques de la CAM se penchent dessus ; à priori il ne devrait pas y avoir de problème particulier. A suivre.

Du coté de la rivière L’AUZON :

https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/alerte-pollution/alertepollution-a-un-an-des-telephones-garfield-aux-sites-industriels-pollues-retour-sur-23-histoires-que-vous-nous-avez-signalees_3711489.html

10 janvier : une laiterie accusée de souiller une rivière,dans le parc des volcans d’Auvergne

Ce qu’on vous racontait. Une entreprise qui utilise l’image d’un milieu naturel qu’elle contribue à polluer. C’est le paradoxe qu’avait signalé Vincent Grangeon, un riverain de l’Auzon, un cours d’eau régulièrement pollué, depuis quarante ans, par les eaux usées de la Société laitière des volcans d’Auvergne. « Ils vendent leur lait en Chine et ils polluent chez nous », avait-il dénoncé. L’industriel, qui avait racheté l’usine en 2007, s’était défendu, assurant faire son possible. « Nous avons hérité d’un problème et nous aussi nous aimerions que cela cesse », assurait sa responsable communication.Ce qui a changé depuis. La laiterie a fait des travaux pour empêcher les rejets dans l’Auzon, au premier trimestre 2019, mais une panne a provoqué un nouvel épisode de pollution, en juillet, raconte France 3 Auvergne. Vincent Grangeon attend aussi des réponses sur le pompage effectué par l’entreprise dans la nappe phréatique, alors que la rivière a connu cet été un épisode de sécheresse sévère. Il n’a pas non plus de nouvelles de la plainte qu’il a déposée avec le collectif « Auzon l’Artière propres ». « La rivière est sous surveillance (…) on n’est pas l’abri d’une nouvelle pollution mais l’industriel a quand même engagé des travaux importants », reconnait-il.

Collectif AUZON L’ARTIERE PROPRES collectif.auzon.artiere@gmail.com

Vincent Lindon : « Aux oubliés de la start-up nation, il ne reste que la rue pour dire leur colère ou leur désespoir. »

Vincent Lindon est ce que l’on appelle un acteur engagé. Autrement dit, un acteur qui n’hésite pas à partager ses convictions, ses engagements et ses coups de gueule. Il faut dire qu’il fait ça avec un certain panache… Démonstration dans cet édito coup de poing qu’il a accordé dimanche 1er décembre aux Échos

Son texte, clair et précis, ne passe pas par quatre chemins et dit les choses comme on les entend rarement. Et, apparemment, son point de vue est partagé par beaucoup de monde.

Extraits :

« Qu’est-il arrivé au service public, jadis objet de fierté, aujourd’hui ruiné, rogné, raillé ? Ses activités rentables ont été privatisées. Ainsi le gaz, l’eau, le rail, le téléphone, les autoroutes ont-ils été, partiellement ou en totalité, vendus à l’encan.

Comment nos décideurs peuvent-ils dormir la nuit ? Ont-ils oublié que rien n’est plus précieux que la santé ? Ne savent-ils plus que l’école est l’outil indispensable d’ouverture sur le monde, où l’on apprend à nos enfants à discerner le bien du mal, le juste de l’inéquitable ? Ne voient-ils pas la catastrophe qui s’avance, qui pourrait bien les menacer eux aussi, l’histoire nous ayant appris que, parfois, les peuples les mieux soumis décapitent leur roi ?

Aux oubliés de la start-up nation, il ne reste que la rue pour dire leur colère ou leur désespoir. »

Un édito musclé.

Que la lumière soit (Hélas)

Partout la réduction de la consommation énergétique liée à l’éclairage est un enjeu central. Cela aurait-il échappé aux élus de la majorité à Beaumont (malgré leurs affirmations) ?

Un constat

Dimanche 1er décembre 2019. Les éclairages extérieurs de l’école maternelle Jean Zay sont allumés depuis vendredi. Négligence et désintérêt manifeste avec une consommation totalement inutile dont le coût sera supporté par tous les Beaumontois.es. et renforcera inutilement la consommation énergétique.

Une goutte d’eau ? Sans doute, sauf que ….

Financièrement, il s’agit certes d’une goutte d’eau. Mais quand même !

Situation a été identique lors du week-end précédent. Finalement, ces éclairages allumés inutilement du vendredi 17 h au lundi 7 h, cela n’est pas totalement négligeable et  révélateur.

… C’est loin d’être neutre. Pourquoi ?

  • Alors que la majorité municipale se badigeonne de vert, elle néglige un tel gaspillage. Elle est pourtant au courant (sans jeu de mots) puisque divers élus de l’équipe municipale savent et ne font rien.
  • Comment inciter la population dans une démarche anti-gaspillage quand les responsables s’en f… ?
  • Comment motiver les plus jeunes (élèves) qui, inconsciemment, intègrent la « normalité » d’éclairages inutiles fonctionnant tout le temps ?
  • Comment porter un message d’économie auprès d’habitants que de telles négligences agacent fortement ?.

Conclusion

Un détail ? Certes. Mais significatif. Dès lors, notre atelier se devait de le porter à connaissance.

Pourquoi le projet de maison médicale à Ceyrat (Puy-de-Dôme) fait-il polémique ?

Une centaine de personnes a manifesté contre l’implantation d’une maison médicale près d’une zone de jardins, ce samedi matin à Ceyrat. Le permis de construire est en cours d’instruction, avec l’objectif d’une ouverture de l’équipement en 2021.

Malgré la pluie, ils étaient une bonne centaine, samedi 23 novembre, à manifester  pour dire leur opposition à la création d’une maison médicale rue de Montrognon, à Ceyrat. Ce n’est pas le projet de création d’une maison de santé qui pose des difficultés : c’est le lieu de son implantation.

« Oui à la maison médicale mais… pas ici »

« On défend notre art de vivre à Ceyrat, c’est tout », avance l’un des manifestants, membre de l’association qui milite contre le projet, « Ceyrat en vert et pour nous tous ». Cet art de vivre, ce sont de petites parcelles de jardins situées aux franges de la commune, entre les dernières maisons et la quatre voies.

« Notre but est de défendre nos jardins et de garder des espaces verts », indique Patricia Pireyre, qui a pris la parole devant les manifestants.

Créée en 2015 pour contester un premier projet, qui prévoyait également des logements sociaux le long de la rue Montrognon, l’association assure que des solutions alternatives sont possibles. Notamment dans le bourg : « Parce que la pharmacie doit aussi s’installer là, ce qui inquiète déjà les commerçants dans le centre de la commune », indique-t-elle. Une pétition contre cette implantation a réuni presque 600 signatures.

Sur ce terrain qui était jusqu’à présent utilisé comme parking, et qui est aujourd’hui bloqué par l’installation de barrières faisant suite à un arrêté municipal, l’association propose de conserver le stationnement (sans goudronner) et de créer un espace vert paysagé.

Read morePourquoi le projet de maison médicale à Ceyrat (Puy-de-Dôme) fait-il polémique ?

Festival Itinérances Tsiganes du 18 au 28 novembre .

Exposition, conférence, théâtre, projection, rencontre littéraire… Ce festival est l’occasion de promouvoir la variété et la richesse des cultures tsiganes.

Vous trouverez le programme détaillé de chaque événement sur la plaquette ci-jointe, n’hésitez pas à la diffuser autour de vous !

Pour découvrir les événements programmés dans le Rhône et en Isère, n’hésitez pas à consulter l’ensemble de la programmation sur le site du festival : www.itinerancestsiganes.com

Ce que le gouvernement fait aux chômeurs (MEDIAPART – 28 OCTOBRE 2019 PAR DAN ISRAEL)

blogs.mediapart.fr

La réforme des règles de l’assurance-chômage, d’une ampleur inégalée, commencera à entrer en vigueur le 1er novembre, avant de fonctionner à plein à partir du printemps. « On va passer d’un système d’indemnisation chômage à un système d’accroissement de la pauvreté », dénonce la CFDT. Simulations à l’appui, Mediapart en détaille les conséquences catastrophiques pour les chômeurs.

Il y a à peine plus de deux ans, les ordonnances réformant à marche forcée le droit du travail étaient présentées par le gouvernement, sur fond de polémiques et de débats autour de la pertinence d’une telle réforme, et sur la légitimité de l’exécutif tout juste élu à la mener. Cette semaine, une autre secousse majeure va ébranler l’assurance-chômage et les 2,6 millions de Français qui touchent chaque mois de l’argent de Pôle emploi. « La plus grosse réforme de notre système depuis trente ans », souffle en coulisse un haut dirigeant dudit système.

Et pourtant, cette transformation radicale des règles régissant la façon dont les salariés sont indemnisés lorsqu’ils perdent leur emploi ne crée guère de controverse. Mis à part les alertes de certains internautes ayant saisi le sujet à bras-le-corps (par exemple ici et ), le silence reste profond au sujet d’une réforme qui s’apprête à entrer en vigueur – en deux étapes : une partie des changements s’appliqueront à tous ceux qui subiront une rupture de contrat de travail à partir du 1er novembre, et les modifications les plus conséquentes concerneront les ruptures à partir du 1er avril prochain.

Il y a deux ans, Mediapart avait détaillé ce que le gouvernement s’apprêtait à infliger aux salariés avec les ordonnances. Aujourd’hui, pour susciter le débat, il faut expliquer concrètement, simulations à l’appui, ce que l’exécutif va faire vivre aux demandeurs d’emploi, et souvent aux plus fragiles d’entre eux.

Des allocations mensuelles en baisse, divisées par plus de trois dans les pires des cas ; des centaines d’euros versés en moins sans beaucoup d’explications ; des modifications techniques entraînant des conséquences parfois désastreuses, et incohérentes avec le discours gouvernemental valorisant le travail et la reprise d’un emploi à tout prix… Voilà les conséquences attendues d’une réforme largement inspirée par les idées avancées dans une note de 2015 des économistes Corinne Prost et Pierre Cahuc. Ce dernier est très proche de Marc Ferracci, conseiller spécial de la ministre du travail Muriel Pénicaud, et par ailleurs témoin de mariage d’Emmanuel Macron.

Nos calculs (disponibles dans leur intégralité sous l’onglet Prolonger de cet article) sont basés sur les chiffres publics de l’Unédic, l’organisme qui gère le régime de l’assurance-chômage, et sur les simulations de l’association Solidarités nouvelles face au chômage et de l’un de ses animateurs, Jean-Paul Domergue, qui fut directeur juridique de l’Unédic jusqu’en 2015.

Read moreCe que le gouvernement fait aux chômeurs (MEDIAPART – 28 OCTOBRE 2019 PAR DAN ISRAEL)

Dernier conseil municipal de Beaumont : à quoi peut servir le local de l’ancien bureau de poste situé place du Parc ??? (suite)

Au dernier conseil Municipal de Beaumont, la majorité municipale a voté l’extension des caméras de surveillance place du Parc.

Savez vous que depuis trois ans les habitants de St jacques ( dans le quartier prioritaire) paient 1€ de charge pour avoir un service dit de tranquillité) ; ce service est reconduit avec augmentation de 100%. L’état, les bailleurs, la ville veulent étendre ce service à tous les Quartier Prioritaire de la politique de la Ville (QPV) de Clermont-Ferrand à 2€. Ce service est actif de 17h à 24h ; il n’est pas question d’une gestion humaine puisqu’il n’y aura aucune création d’emploi de policier ou d’agent de proximité.

Les associations de locataire ont décidé de ne pas signer et veulent que ce soit les locataires qui se déterminent. L’état se désengage, les bailleurs fuient leurs responsabilités :

Tout ça pour dire que moins de gardiens dans les bâtiments, moins  de commissariats dans les quartiers, plus de frais pour les plus faibles ce doit être vers cela que nous mènent le maire de Beaumont et Monsieur CUZIN, son 1er adjoint, responsable de la sécurité. Caméras en plus sur St jacques ou place du parc, moins de police,…plus de trafic. Oui les gens ont besoin d’être rassurés mais à ce rythme bientôt la milice.